top of page
Rechercher

Salt Suisse veut utiliser Elon Musk pour surpasser Swisscom et Sunrise

Les clients de Salt devraient bientôt capter le réseau de SpaceX



Lorsqu'on consulte le site Internet de Salt, on se fait presque assommer par les rabais: 55% de moins sur tel abonnement de téléphonie mobile, 70% sur un autre. Et ces réductions de prix n'ont rien d'exceptionnel chez la plus petite des trois entreprises de télécommunications suisses disposant de son propre réseau de téléphonie mobile.

En effet, c'est grâce à des prix bas qu'elle prend, depuis des années, des parts de marché à ses concurrents, Sunrise et Swisscom. Au cours des dix dernières années, c'est Salt qui a gagné le plus grand nombre de nouveaux abonnés de téléphonie mobile par rapport à sa taille.



L'année dernière, le schéma s'est répété: Salt a gagné près de 120 000 nouveaux abonnés, et a donc presque autant progressé que les deux plus grands opérateurs – Sunrise a gagné 132 000 abonnés, Swisscom 129 000.

En termes de nombre d'abonnements, Salt a ainsi atteint, pour la première fois depuis dix ans, une part de marché supérieure à 17%. A titre de comparaison, selon les calculs de CH Media (dont fait partie watson) basés sur les chiffres de la Confédération, en 2023, Swisscom détenait environ 57% du marché, et Sunrise un peu plus de 25%.


Une guerre des prix avec Yallo

Salt veut rester sur le chemin de la croissance et mettre l'accent sur la qualité. Toutefois, Sunrise en particulier mène une guerre des prix agressive avec sa marque Yallo, comme le dit Max Nunziata, directeur de Salt. Salt ne peut que difficilement s'y soustraire et devra à l'avenir également proposer des prix inférieurs à ceux de la concurrence.


Mais pas encore d’autorisation

De plus, il faudra que le système fonctionne. Les satellites sont désormais en orbite et T-Mobile va les tester cette année aux États-Unis. «À partir de fin 2024, les abonnés Salt pourront rester connectés via la messagerie texte. Le service sera étendu à la voix et aux données en 2025. Cela garantira une couverture totale avec connexion de secours en cas d’urgence ou de panne d’électricité, par exemple», écrit Salt. L’opérateur est le premier en Europe à s’être associé à SpaceX. À moins de détenir un abonnement premium où il sera gratuit, «le service sera disponible en tant qu’option à un prix abordable», précise Salt.

Pas si vite, dit l’Office fédéral de la communication, qui doit encore donner une autorisation formelle. «La concession octroyée à Salt permet d’exploiter un réseau terrestre. L’utilisation de fréquences par satellites soulève de nombreuses questions qui doivent être résolues avant l’octroi d’une autorisation», dit son porte-parole, Francis Meier. On parle ici par exemple de l’utilisation des fréquences aux frontières. Un groupe de travail cherche des solutions coordonnées au niveau européen et une conférence mondiale est prévue en 2027. L’Ofcom confirme que Salt est aujourd’hui le seul à avoir demandé une autorisation mais qu’aucun monopole ne sera garanti si les autres la demandent aussi.








9 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page